La lecture intuitive (le subtizing)

L’utilisation du Cubier est basée principalement sur une lecture intuitive de la quantité à calculer. Elle donnera à l’enfant une vision claire, exacte et quasi-immédiate du nombre d’objets d’une très petite collection ne dépassant pas 3.

C’est technique (appelée « subtizing ») existe depuis l’antiquité. Les Romains n’avaient pas fait 4 traits verticaux pour représenter le chiffre 4 certainement pour les mêmes raisons. Au delà de trois traits il y avait risque de confusion.

Lors de son apprentissage, le jeune enfant va acquérir plusieurs procédures pour estimer une quantité. Il devra apprendre à construire et à différencier son système numéraire et lui donner un sens au travers du calcul.

Très tôt il pourra « compter » jusqu’à 10, sans pour autant comprendre que 2 + 2 ça fait 4.

Il va en premier lieu gérer l’aspect ordinal, il pourra dire si le 3 est avant ou après le 4, il sera en mesure de désigner la position d’un nombre par rapport aux autres.

Puis il devra comprendre l’aspect cardinal en comparant deux groupes d’éléments  et dire s’il y en a autant, plus ou moins et au final combien.

On pourra lui enseigner ce principe avec le Cubier en utilisant deux colonnes et en lui faisant comparer deux groupes de points.

exemple colonne gauche 0+1+2 colonne droite 1+1+1 etc… (mais des méthodes vous seront proposées au fur et à mesure de l’évolution de ce blog.)

La finalité est de lui faire reconstituer et comparer deux collections éloignées dans le temps et dans l’espace.

L’enfant aura le choix entre différentes procédures, en comptant un à un , en visualisant globalement, en reconnaissant les différentes configurations ou en regroupant intuitivement des petites quantités (subtizing).

Le Cubier sera disponible en deux versions, l’une avec une configuration similaire aux dés à jouer et une autre avec les symboles de 0 à 3.

La première version conviendra mieux au tout petits pour les raisons ci-dessus, la seconde est destinée aux enfants qui seront amenés à effectuer des calculs plus complexes. A chacun sa version…. 😉

chiffreromains

La légende : Charles Quint (XV) ayant commandé une horloge, reprocha à son horloger de s’être trompé dans l’écriture du chiffre 4. Lorsque celui-ci lui expliqua qu’en chiffres romains, quatre s’écrivait bien avec un V précédé d’un I, le monarque rétorqua à l’artisan : « On n’enlève rien à Charles Quint… ». Le pauvre horloger se vit dans l’obligation de refaire son horloge et, depuis ce temps, toutes les horloges porteraient le chiffre 4 écrit IIII.

 

A propos de Josué 20 Articles
Inventeur du Cubier

2 Comments

    • Merci, c’est justement ça la difficulté de bien expliquer quelque chose de nouveau qui pour moi ne l’est plus. Alors je vais essayer étape par étape de montrer à chacun l’utilité du Cubier.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.